L’homme qui tua Don Quichotte

D’après Cervantès / Sarkis Tcheumlekdjian / Compagnie Premier Acte

Vendredi 20 mai 2016 à 20h
Représentation scolaire : jeudi 19 mai à 14h30

Théâtre - À partir de 13 ans
Durée : 1h10
[DÉCOUVERTE]

La force des grandes histoires, c’est qu’elles donnent la possibilité d’agir totalement librement pour le théâtre. Après nous avoir régalés en 2012-2013 avec Macondo et Erendira, la compagnie Premier Acte s’attèle au premier roman des temps modernes : l’histoire de l’ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche.
L’homme qui tua Don Quichotte, c’est Cervantès, qui dépose malicieusement le livre de ses propres aventures dans les mains de son héros, tout en lui cachant son intention de le tuer à la fin du tome deux. De cette idée géniale, Sarkis Tcheumlekdjian fait le centre de son adaptation intimiste, portée par la voix profonde et envoûtante de Déborah Lamy. Passant de l’ironie à la mélancolie et au ravissement, la comédienne se fait conteuse du combat absurde de Don Quichotte contre les moulins, de son inimitable tristesse, de son amitié avec Sancho et de sa rébellion joyeuse contre son auteur.
Dans une atmosphère de brume invitant au rêve, les fragments de balades et les cadences familières de fanfare, distillés par le musicien, sont comme les tendres échos d’une musique du passé, et la magie opère…

D’après l’œuvre de Miguel de Cervantès - Adaptation et mise en scène : Sarkis Tcheumlekdjian - Distribution : Déborah Lamy et Gilbert Gandil - Composition musicale : Gilbert Gandil - Costumes : Marie-Pierre Morel-Lab - Lumières : Stephen Vernay - Univers sonore : Éric Dupré - Crédit photos : David Anémian.
Compagnie en convention avec la Région Rhône-Alpes, subventionnée par la Drac Rhône-Alpes, les villes de Lyon et Villeurbanne – Fineco eurofinancement / Pamexial expertise. Remerciements au Théâtre Nouvelle Génération - CDN de Lyon et à l’Alleggro de Miribel.

« Don Quichotte rêvait de voyages et, comme lui, la comédienne nous fait voyager. Elle a la prestance d’une figure de légende ». Les Trois coups, 1er déc. 2014.